La cryolipoloyse : Les secrets d’une silhouette sexy et ferme

20 octobre 2021 0 Par Povoski

La cryolipolyse, également appelée  » sculpture froide  » ou  » congélation des graisses « , est une procédure cosmétique populaire de réduction des cellules adipeuses. Elle a été introduite pour la première fois en 2008 et a été approuvée par la FDA pour le traitement de plusieurs zones entre 2010 et 2016.

L’intérêt pour la cryolipolyse en tant que modalité non chirurgicale de remodelage du corps s’est accru en tant qu’alternative aux procédures invasives telles que la liposuccion qui peuvent comporter un risque accru de complications. Elle séduit aussi bien les hommes que les femmes pour le traitement de différentes localisations telles que l’abdomen, la sangle abdominale, l’intérieur des cuisses, la culotte de cheval, les hanches, les fesses, les bras, les bourrelets lombaires disgracieux, les poignées d’amour, les seins masculins hypertrophiés et la zone sous-mentonnière (double menton).

Comment fonctionne la cryolipolyse ?

La cryolipolyse est une technique non invasive et indolore qui s’appuie sur la sensibilité inhérente des tissus adipeux (lipides/ »lipo ») aux blessures par le froid (« cryo ») pour induire sélectivement l’apoptose (mort cellulaire, « lyse ») des adipocytes (cellules graisseuses). Elle maintient une température de -10°C à l’interface derme-graisse pendant environ 45 minutes.

L’application contrôlée de froid à la surface de la zone traitée déclenche l’élimination sélective des adipocytes et une diminution de l’épaisseur de la graisse superficielle. Une réponse inflammatoire se produit et atteint son maximum 30 jours après le traitement, ce qui entraîne la mort des adipocytes. Les tissus riches en eau environnants ne sont pas affectés et la viabilité du derme est préservée.

Les lipides contenus dans les adipocytes sont métabolisés par l’organisme et éliminés en quatre mois. De multiples études ont montré que les fonctions hépatiques et les taux de lipides sériques ne présentent aucun changement significatif et restent dans les limites normales pendant et après la cryolipolyse.

Traitement par cryolipolyse

Il n’existe pas de consensus sur le dispositif le plus approprié pour la cryolipolyse, le protocole de traitement idéal, la fourchette d’IMC idéale ou le nombre de séances de traitement nécessaires par région du corps pour obtenir un résultat favorable pour les patients. Différents appareils sont disponibles, et ils varient en termes de génération de température et de technique d’application.

La cryolipolyse est généralement réalisée en appliquant un applicateur muni d’une ventouse sur le tissu graisseux à traiter. L’applicateur de surface ne pénètre pas dans le derme et maintient un refroidissement uniforme à une température spécifique pendant une période de temps prédéfinie. L’aspiration sous vide extrait la chaleur et obstrue le flux sanguin vers le tissu. Une cristallisation se produit dans le tissu adipeux ciblé, induisant une apoptose et une réponse inflammatoire. La machine la plus connue à ce jour est le coolsculpting.

Après le traitement, le tissu cible peut devenir rigide, mais il s’assouplit rapidement grâce à un massage manuel, car le flux sanguin vers la zone entraîne un réchauffement localisé. L’approche ciblée épargne les nerfs, les muscles, les vaisseaux et la peau environnants.

Plusieurs sites peuvent être traités au cours d’une seule visite du patient avec une sécurité et une tolérance globales rapportées. Les données de recherche suggèrent qu’une réduction significative de l’épaisseur du pli cutané était la plus élevée chez les patients recevant plusieurs cycles de traitement. Plusieurs séances sont donc nécessaires pour affiner le corps. L’amincissement ne sera visible que quelques temps après l’intervention.

Les critères pertinents pour la sélection des patients, tels que l’âge, les caractéristiques de la peau, la sensibilité ou les pathologies à risque, ne sont pas bien connus. À ce jour, les recherches montrent que le candidat idéal doit être en bonne santé et avoir une fonction rénale normale. La procédure est sûre pour tous les types de peau, même en cas de traitements récurrents.

Effets secondaires de la cryolipolyse

La cryolipolyse présente un bon profil de sécurité et est considérée comme une alternative convaincante aux méthodes chirurgicales pour les adiposités localisées. Elle offre l’avantage d’une récupération rapide et d’un temps d’arrêt minimal, loin des autres engagements. Des hématomes, des infections, des cloques, des saignements, une hyperpigmentation ou une hypopigmentation n’ont pas été signalés dans les études de recherche.

Cependant, la cryolipolyse ne doit pas être pratiquée dans les zones du corps présentant des varices sévères, une dermatite ou d’autres lésions cutanées. Elle est également contre-indiquée pour les patients souffrant de pathologies sensibles au froid telles que le syndrome de Raynaud ou la cryoglobulinémie.

La liste suivante d’effets secondaires est signalée par les patients mais disparaît généralement quelques semaines après le traitement.

  •     Rougeur
  •     Ecchymoses
  •     Inconfort
  •     Engourdissement temporaire

Que dit la recherche ?

Plusieurs études cliniques et études de cas confirment la sécurité et l’efficacité de la cryolipolyse. Cependant, les résultats cliniques ont été principalement évalués à l’aide d’ultrasons, de mesures à l’étrier, d’observations et d’enquêtes sur la satisfaction des patients. Ces méthodes sont subjectives, peuvent être biaisées et ne sont pas fiables pour comparer des documents photographiques, en particulier lorsque la modification de l’épaisseur des amas graisseux n’est que de quelques millimètres.

Les mesures au pied à coulisse peuvent être imprécises, les observations avant et après l’intervention ne sont pas fiables pour les comparaisons, et l’imagerie par ultrasons dépend de l’opérateur et de la pression appliquée sur le transducteur. Le suivi à long terme n’est pas précis car il peut y avoir prise ou perte de poids. De plus, la cryolipolyse doit être un traitement accompagné d’une excellente hygiène de vie (alimentation équilibrée par exemple). Par conséquent, en fonction du respect du bonne hygiène de vie de la part du client ou non, les résultats peuvent être très différents, surtout pour des personnes en surpoids.

Les résultats rapportés dans les études cliniques varient considérablement en fonction du site de traitement et de la conception de l’étude. La plupart des études évaluent la réduction de l’épaisseur de la graisse et très peu évaluent les changements de contour ou de texture de la peau. On ne sait toujours pas quelles sont les zones qui répondent le mieux au traitement et quel type de patients bénéficierait le plus de cette procédure. Cependant, il a été confirmé que la cryolipolyse n’était pas une solution pour perdre du poids, pour mincir ou pour maigrir. Il s’agit d’une solution de traitement pour les amas graisseux. Dans certains cas, cette technique peut aussi avoir un effet anti-cellulite en éliminant la peau d’orange.

Actuellement, la plupart des recherches sur la cryolipolyse manquent d’études objectives et quantitatives pour mesurer les changements dans la couche de graisse sous-cutanée. Étant donné la nature subjective des résultats et l’absence de mesures rigoureuses des résultats, il n’est pas justifié d’affirmer que la cryolipolyse est une alternative efficace à la liposuccion en tant que modalité de remodelage du corps. Remodeler le corps par la cryolipolyse n’est cependant pas une solution alternative à négliger, en vue de la satisfaction visible des patients.

Bien que l’ensemble des preuves soit plutôt modeste, la cryolipolyse est une procédure prometteuse pour la réduction ponctuelle du tissu adipeux, et donc de la masse graisseuse. Elle est en train de devenir la principale modalité en raison de sa facilité d’utilisation, de ses effets secondaires limités et du taux élevé de satisfaction des patients. Elle est bien adaptée aux patients qui souhaitent une réduction non invasive des adiposités de taille modeste qui ne disparaissent pas sous l’effet d’un régime ou de l’activité physique.