Comment choisir son échappement moto ?

27 août 2021 0 Par Povoski

L’échappement moto a pour rôle d’expulser dans l’atmosphère les gaz engendrés de la combustion de l’air avec l’essence dans la chambre de combustion. Cette phase se déclenche notamment durant le dernier cycle du moteur à 4 temps : l’échappement.

Échappement moto : composition et normes

Tout d’abord, il faut savoir que seulement trois matériaux sont essentiellement utilisés pour les pots d’échappement moto, à savoir :

  • L’inox.
  • Le carbone.
  • Le titane.

Les pots d’échappement en inox sont des pots d’entrée de gamme. de fait, ils ne sont pas chers et efficaces. Seul inconvénient, lorsqu’ils durent, ils jaunissent. Pour leur part, les pots d’échappement en carbone sont des pots de moyenne gamme. Ils présentent l’avantage d’être esthétiques et refroidissent rapidement. Néanmoins, ils se dégradent rapidement si le moteur n’est pas assez chauffé avant de le démarrer. Par contre, les pots d’échappement en titane sont des pots haut de gamme qui se caractérisent par leur aspect léger. Ils sont chers et se colorent en bleu avec le temps.

Par ailleurs, l’échappement moto est l’élément personnalisé des motards par excellence. C’est pour cette raison qu’il retient toute l’attention des constructeurs et celle des accessoiristes pour proposer des silencieux souvent plus esthétiques ou dotés d’un meilleur son.

En termes de législation et de normes, les échappements moto doivent être conformes aux normes Euro3 et Euro4 tant pour la pollution que pour le bruit dégagé. Par conséquent, les échappements moto silencieux d’origine répondent à ces deux critères souvent sur le compte du poids mais aussi des performances et du design. Résultat : certains fabricants proposent des lignes d’échappement de remplacement adaptable par rapport à la ligne d’origine.

En outre, les revendeurs et distributeurs d’échappement moto sont tenus depuis des années déjà de ne vendre que conformes à la réglementation européenne CE et Euro, voire TUV et auquel correspond un numéro d’homologation.

Échappement moto : fonctionnement de l’échappement

L’échappement moto est composé de plusieurs tronçons. Le premier se situe à la sortie de la culasse, et se nomme « collecteur ». Il a pour fonction de regrouper les différents cylindres vers une ou plusieurs sorties communes. Le collecteur peut être composé d’un catalyseur, destiné à finaliser la combustion des gaz pour réduire la pollution. Le dernier élément visible sur un collecteur est la valve d’échappement : un accessoire qui a un double rôle : lorsqu’il est en position fermée, sa présence assure une contrepression favorable aux bas régimes et faibles charges et réduit les pertes par « courcircuitage » .

Sur un autre registre, l’échappement moto soit améliore, soit dégrade le fonctionnement du moteur d’une moto. Or, l’expérience tant des motards que des constructeurs démontre que l’on peut bien faire des moteurs très performants en respectant les normes en vigueur, ainsi que son l’ouïe des autres.

Un tuyau d’échappement ou pot échappement silencieux présente le grand avantage de ne produire pas de bruits nuisibles ainsi qu’une grande performance en termes de vitesse et de conduite, surtout s’agissant d’un échappement inox.

Le contrôle technique d’une moto va permettre de savoir l’état de l’échappement, et ce dès l’allumage. Un pot d’échappement moto qui engendre des nuisances sonores fortes prouve que soit il est mal entretenu, soit qu’il doit être remplacé. L’examen de la sortie d’échappement d’une moto permettra de savoir l’état entier du système d’échappement en question : consommation de carburant, haute température, catalyseur, etc.

Le dispositif d’échappement moto peut être un échappement double avec double sortie, notamment en ce qui concerne les grosses cylindrées comme les roadster, les routières, etc. Dans ce cas, il s’agit d’un échappement chromé le plus souvent, ainsi que d’un moteur silencieux.

Échappement moto : fonctionnement de l’échappement

Un échappement moto en acier inoxydable en forme de pot de détente et doté d’une double sortie d’échappement est considéré comme ce qui se fait de mieux, comme c’est le cas notamment de certains modèles des marques Triumph, Ducati Monster ou encore le Kawasaki ZX, etc. De plus, ces modèles ont des lignes complètes, des amortisseurs performants et un échappement sport qui permettent un haut niveau de qualité de conduite et de sonorisation. Néanmoins, ces modèles présentent, parfois, l’inconvénient de la surconsommation. Les échappements moto chromé ou en acier inoxydable se caractérisent notamment par le gain de puissance au niveau du moteur, d’émissions sonores raffinées, et permet surtout de donner un look exceptionnel à la moto.

Il est bon à savoir que les systèmes d’échappement sont adaptables et acceptent des modifications en termes de fonctionnement. Ainsi, il est question d’y ajouter des pièces pour rendre un échappement moto plus performant comme le filtre à particules, le silencieux arrière, la bande thermique, la carburation injection, des catalyseurs sophistiqués, etc. D’autre part, il est essentiel de savoir que les pièces moto détachées sont disponibles en large gamme : guidon, freins, bougies, boulons, filtre à huile, soupape, embrayage, châssis, etc.

Les moins polluants des échappements moto sont en inox et dégagent une sonorité optimale, ainsi que des vibrations agréables lors de la conduite. Lorsque les échappements et les sorties d’échappement sont en métaux précieux comme le collecteur ou le catalyseur motos, alors la performance et la sonorisation seront au rendez-vous.