Qu’est-ce que le métier de courtier ?

25 octobre 2020 0 Par Sarah

Agissant pour un cabinet ou à son compte, un courtier est une personne qui sert de faire le lien et être un intermédiaire entre un acheteur et un vendeur : il peut par exemple faire office d’intermédiaire en opérations de banque. Ainsi; il aiguille des entreprises comme des particuliers afin qu’ils trouvent des contrats aux meilleurs taux possible c’est-à-dire un suivi personnalisé. Le courtier est un véritable commerçant qui travaille contre une rémunération. Selon son domaine de prédilection, l’intitulé de la profession change. Il se peut que le courtier devienne un courtier en assurance, un courtier en immobilier, courtier en crédit immobilier,
Il peut exercer son métier en tant quindépendant, mais également au sein d’une société de courtage aussi appelée cabinet de courtage .

Des meilleurs taux pour votre crédit

Selon le domaine dans lequel il est spécialisé, le courtier à des connaissances très pointues. Il doit avoir une très bonne connaissance du secteur et posséder tout le vocabulaire nécessaire à la négociation d’un contrat. Afin de proposer les meilleures offres à ses clients, il doit constamment se tenir informé de lévolution du marché. Ainsi, il sait quand le taux de crédit, le taux immobilier ou encore d’emprunt est le meilleur et bénéficie des meilleurs taux pour votre crédit qu’il soit immobilier ou autre.

Le courtier est au fait de tout ce qui concerne le regroupement de crédits, l’assurance de prêt, le rachat de crédit, le crédit à la consommation, prêt personnel, produits financiers, pour votre investissement. En règle générale, il est un expert du domaine pour lequel il fait du courtage. Il connaît également les limites juridiques qui encadrent son domaine d’exercice comme les courtiers professionnel de Strasbourg.

Lorsqu’un client s’adresse à lui, il a un rôle de conseiller, il commence par s’informer sur sa situation puis va aller démarcher auprès de compagnies pour saisir l’offre la plus avantageuse et quelles solutions de financement existent : il s’agit de privilégier avant tout la protection du consommateur. La concurrence à laquelle sont soumises les entreprises lui est évidemment bénéfique.

Les compétences à savoir pour devenir un courtier

Pour prétendre au métier de courtier, il faut avoir des connaissances très poussées dans le domaine occupé, mais aussi faire preuve d’un sens du relationnel pointu, doublé de qualités commerciales aiguisées. Bien évidemment, il faut se montrer persévérant, méthodique et autonome dont les courtiers expérimenté de Strasbourg.

Un courtier doit avant tout aimer le commerce, puisque son travail est basé sur les échanges commerciaux. Il compare les offres et calcule les risques pour ses clients, le commissionnaire doit donc aimer les chiffres. Par ailleurs, le commerce implique de travailler et négocier avec plusieurs entités, les clients, les fournisseurs, les informateurs.

Etre fin psychologue et avoir le sens du contact sont donc des atouts non négligeables.
Une forte capacité d’analyse est également essentielle pour comprendre les besoins des clients et être ainsi capable de les conseiller au mieux. Pour ce faire, un
courtier doit être capable de voir au-delà de l’environnement du moment. Il doit savoir anticiper les changements du marché, les évolutions de ses clients et imaginer toutes les situations.


Il est primordial pour un
courtier de s’intéresser aux innovations technologiques pour être toujours à la pointe et offrir les meilleurs produits à ses clients.
La pratique de l’anglais devient indispensable, puisque les entreprises travaillent de plus en plus à l’international. Le
courtier doit s’intéresser aux marchés étrangers et aux pratiques qui ont cours hors du territoire national dans son domaine.

Les courtiers commencent généralement leur carrière comme salarié dans un cabinet de courtage. Le parcours habituel veut que le jeune courtier commence par gérer des contrats d’assurance. Ensuite, selon ses compétences, il peut acquérir plus de responsabilités en se voyant confier la gestion de nouveaux contrats, de nouveaux clients.
Les meilleurs se lancent comme
courtiers indépendants en rachetant un portefeuille de clients ou en créant leur propre cabinet de courtage.

Les missions d’un courtier

Lors de la recherche d’un prêt immobilier, la mission historique du courtier est la mise en concurrence des banques en vue d’obtenir le taux d’intérêt le plus bas. Concrètement, le courtier a à disposition des grilles de taux de crédit que leur envoient les banques. Ces grilles changent en principe chaque mois. Certaines banques n’envoient plus de grilles et font coter le dossier en fonction de différents critères.

Outre l’aspect comparateur de crédit, le courtier sert aussi à évaluer les chances pour un couple d’emprunteur de convaincre un prêteur. Ces dernières à la faveur de taux d’emprunt particulièrement bas, les courtiers en crédit ont aussi beaucoup œuvré dans les renégociations de prêt. Beaucoup de Français ont ainsi fait appel aux courtiers pour renégocier leur prêt. Le courtier en crédit est aussi un courtier professionnel de Strasbourg par exemple du crédit. Ainsi il saura vous expliquer la différence entre une hypothèque et un crédit logement, ou bien si vous avez droit au « Ptz » : prêt à taux zéro

Au préalable de sa mission, le courtier peut aussi vous établir des simulations de crédit et des simulations d’assurance emprunteur. Il pourra aussi vous conseiller en cas de prêt relais, vous donner quelques conseils en cas d’investissement locatif, vous aiguiller sur un taux fixe ou un taux variable. Il vérifiera aussi la conformité de votre prêt avec le taux d’endettement qui ne doit pas dépasser 33 % des revenus.

Quand dois-je faire appel à un courtier ?

L’intervention du courtier doit se faire le plus en amont possible. Ce dernier pourra alors déterminer au mieux votre capacité d’emprunter et vous donner les informations sur le déroulement d’une opération de financement et sur les notions principales à connaître. Plusieurs agences à Strasbourg par exemple, ont des courtiers compétant à Strasbourg.

Le top de son départ sera cependant la signature par l’acquéreur de la promesse d’achat, le compromis de vente ou encore dénommé selon les régions, le sous seing privé. Ce document matérialise l’engagement de vente par le vendeur et l’engagement d’achat par l’acquéreur. Il ne pourra pas intervenir avant, car les banques veulent un projet défini à étudier. Enfin, le courtier peut aussi jouer le rôle de pompier, dès lors que l’acquéreur, agissant seul ou d’un intermédiaire défaillant, aura eu des refus d’une ou plusieurs banques. En reprenant le dossier, il pourra avoir une nouvelle approche et trouver la solution.