Pourquoi les répertoires de thérapeutes sont une perte de temps

Pourquoi les répertoires de thérapeutes sont une perte de temps

3 novembre 2020 0 Par Claude

Ce poste est destiné à tous ceux d’entre vous qui ont envisagé ou utilisé activement les inscriptions dans les répertoires de thérapeutes. Les personnes consultées me demandent souvent dans quels répertoires elles devraient s’inscrire. Je vois aussi fréquemment des collègues débattre sur les tableaux d’affichage et les serveurs de listes des mérites et des inconvénients de tel ou tel annuaire. Je me suis donc dit qu’il était temps de vous faire part de mon point de vue. N’oubliez pas que je partage ici mon expérience et mes opinions, et si vous en avez eu une autre, j’espère que vous la mentionnerez dans les commentaires. Si vous possédez un service d’annuaire, j’espère que vous le mentionnerez également.

Lorsque j’ai commencé à monter mon cabinet, j’ai eu beaucoup de temps à consacrer à remplir divers annuaires en ligne. J’ai littéralement passé des heures à remplir des profils qui promettaient de me rendre visible aux patients potentiels. Pour être juste, cela m’a donné l’occasion d’affiner ma biographie et mon discours d’ascenseur, mais à part cela, je pense maintenant que je perdais mon temps. Mais parlons un peu des raisons pour lesquelles les annuaires peuvent être une perte de temps, car je pense qu’ils révèlent une idée fausse plus générale sur la commercialisation de votre cabinet en ligne.

Un panneau d’affichage dans une bouteille.

De nombreux thérapeutes continuent d’aborder l’internet comme s’il s’agissait de pages jaunes géantes. Nous créons souvent un contenu statique, l’équivalent d’une carte de visite, d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae, et nous le plaçons ensuite sur un site web ou un annuaire. Ensuite, nous nous asseyons et attendons que le téléphone sonne. C’est comme si nous imaginions que nous avions créé un panneau d’affichage géant et que nous l’avions jeté sur le web. Mais en réalité, c’est plutôt comme un message dans une bouteille, jeté dans un vaste océan. Nous imaginons que cela va nous faire reconnaître. Ce n’est généralement pas le cas, et voici pourquoi.

Si vous cherchez un thérapeute sur Google, vous trouverez littéralement des dizaines d’annuaires de sites web qui vous garantiront d’aider les patients à trouver le bon fournisseur. Si vous êtes ambitieux, vous pourriez passer des heures et des jours à les trouver tous et à entrer vos informations. Beaucoup sont gratuits, d’autres sont payants, et quelques-uns ne vous disent pas s’ils sont payants ou non tant que vous n’avez pas saisi toutes vos informations. L’un des principaux problèmes des annuaires est précisément qu’ils sont si nombreux.

Une chose que j’ai apprise en lançant des réseaux sociaux pour d’autres entreprises est qu’il faut toujours avoir une masse critique de membres le plus rapidement possible. Si vous lancez un site, vous avez quelques jours à une semaine pour y parvenir dans la plupart des cas. Sinon, les membres potentiels se connecteront à votre site, regarderont autour d’eux et verront peu d’activité, puis partiront. Ainsi, une faible inscription des fournisseurs dans un annuaire entraînera peu de trafic vers celui-ci.

En revanche, si vous prenez un annuaire comme Psychology Today’s, vous verrez qu’ils ont atteint une masse critique et qu’ils ont plus de trafic. Mais le problème, c’est que chaque thérapeute et sa première tante y sont désormais inscrits. Le problème est donc de savoir comment se démarquer des autres. Si vous êtes déterminé à passer du temps à vous inscrire dans un annuaire, je vous suggère de payer celui de PT et d’essayer de vous distinguer le mieux possible. En fait, le site Psychology Today est le seul annuaire que j’essaie de tenir à jour et pour lequel je paie encore.

En parlant de se tenir au courant, voici l’autre écueil potentiel des annuaires : Plus vous participez, plus vous devrez mettre à jour votre contenu, vous souvenir de plus de mots de passe et vous enregistrer à nouveau. Certains annuaires exigent que vous vous connectiez chaque fois que vous recevez un message d’un client potentiel (ou spam) afin d’augmenter leur trafic. C’est beaucoup de tracas pour un faible retour sur investissement.

Si vous êtes déterminé à vous inscrire dans les annuaires, veuillez considérer les points suivants :

Si vous envisagez de vous exercer en ligne, l’annuaire a-t-il un trafic global ?

Si vous prévoyez de vous entraîner dans un certain lieu géographique, l’annuaire a-t-il un trafic de votre région du monde ?

Une façon de faire quelques recherches à ce sujet est de faire tourner l’adresse du site sur Alexa, qui vous donnera souvent des informations sur le trafic ou les classements par pays.
Mais pendant que nous parlons d’Alexa, parlons de la façon dont ces chiffres peuvent être trompeurs. Alexa vous permet de télécharger la barre d’outils Alexa, qui vous permet de vérifier le classement d’un site en fonction de son trafic sur Alexa, mais elle permet également à Alexa de tabuler le trafic de tout site visité par votre navigateur, ce qui fait partie de la façon dont il obtient ces chiffres. Il est donc très facile d’augmenter artificiellement les chiffres du trafic. Comment ? Facile, en définissant la page d’accueil de votre site web, et chaque fois que vous ouvrez votre navigateur, il s’ouvre sur votre site et augmente le nombre de vos visites. Cela ne suffit pas ? Pas de problème, demandez à tous les membres de votre famille de faire de même sur leur ordinateur. En quelques jours, votre classement augmentera de façon spectaculaire, sans qu’il y ait une réelle augmentation des visites potentielles de référencement. Gardez donc ce petit détail à l’esprit lorsque vous regardez le trafic d’un annuaire de thérapeutes. Il se peut qu’il y ait des centaines de visites par jour, ou que dix personnes aient ce site comme page d’accueil pour augmenter le trafic.

Alors maintenant, vous savez.

Lorsque j’examine les références de mon cabinet, j’ai reçu probablement %10 d’entre elles d’un annuaire, généralement Psychology Today. La majorité de mes recommandations proviennent du bouche à oreille, de listes de compagnies d’assurance et, de plus en plus, de mon blog et de mes articles. À présent, beaucoup d’entre vous savent où je veux en venir : C’est le contenu et l’interaction qui convertissent les visites sur votre site web en recommandations. Il n’y a pas un taux de conversion similaire pour les visites de votre profil dans l’annuaire et les appels à vous, ni même pour les visites de votre site web.

Certains ne seront peut-être pas d’accord avec moi, mais mon point de vue sur les annuaires est qu’ils sont une perte de temps et qu’ils tirent parti de la réticence des thérapeutes à générer du contenu interactif et dynamique. Pour dire les choses simplement, les gens veulent raccrocher leur cyber-gîte puis retourner à attendre passivement que le téléphone sonne.

Passer beaucoup de temps à se trouver et à s’inscrire dans un annuaire de thérapeutes, c’est confondre inquiétude et effort. Ce que vous devriez faire (Oh non ! Un thérapeute a utilisé le mot « devrait » 😉 ), c’est générer du contenu et créer des opportunités d’interaction avec des collègues et des patients potentiels. Voici quelques exemples de création de contenu :

  • rédiger de brefs articles de blog informatifs
  • tweeting de liens vers des articles que vous trouvez intéressants pour établir votre « marque
  • offrir un accès gratuit à Google+ sur votre sujet de prédilection
  • créer un podcast de méditation que les gens peuvent télécharger à partir de votre site
  • la création de réseaux dans Second Life ou la participation aux heures d’ouverture de l’Institut de thérapie en ligne
  • faire un vblog de cinq minutes sur une technique CBT

J’ai fait beaucoup de ces choses, et cet article de blog en est un autre exemple. Je vous garantis que cet article va générer une nouvelle recommandation pour moi à un moment donné, bien plus tôt que ne le fera mon profil de Psychology Today.

Alors, prenez le temps qu’il vous faut pour couper et coller vos informations dans un autre répertoire, et prenez plutôt des risques, créez de nouveaux contenus ou participez à une conversation en ligne. Le Web 2.0 n’est pas une petite annonce numérique. Utilisez votre marketing du temps pour faire ce que les thérapeutes font le mieux : Communiquer.